mercredi 29 avril 2015

Un temps de saison

1231 -


Vent d'est /sud-est. Ciel gris. Température : 12° sous abri à dix heures du matin. La pluie s'installe doucement. C'est ce qu'on appelle banalement un temps de saison. Il paraît que, là-haut, les Parigots têtes de veaux marinent dans une chaleur estivale. Tant pis pour eux. A la télé, le présentateur météo à tête de veau marin s'extasie sur les foules vacancières venus faire en avril leur bronzette de juillet du côté de Dunkerke. A quelque chose malheur est bon.

C'est le même qui, quelques minutes plus tard, vient nous annoncer que le mois de mars a été le plus chaud enregistré dans le monde entier depuis les premiers relevés, vers la fin du  XIXe siècle ; selon le même, la banquise nordique a fondu, depuis la fin de l'hiver, de plus de 10% ; on attend les mesures les plus récentes de la montée du niveau des mers. La catastrophe climatique, encore rejetée avec dédain, voici moins de dix ans, par nombre de "spécialistes", tel le burlesque Claude Allègre, climatologue autoproclamé, se dessine à notre horizon, toujours plus proche. Ce n'est plus l'affaire d'un siècle, même pas d'un demi-siècle, c'est pour dans dix ou vingt ans. Ce qui attend nos enfants et petits-enfants, c'est une vie dans des mégapoles surpeuplées, sous des chapes de pollution, dans une chaleur d'étuve. C'est le progrès. Mais comme dit, je crois, Aragon, il y a prograis et prograis (ça rime avec engrais).

Voici pourtant près d'un demi-siècle, Nino Ferrer chantait : " les arbres ont disparu mais ça sent l'hydrogène sulfuré " . Ce ne sont pas les avertissements qui nous auront manqué. Qu'importe, diront les incorrigibles optimistes, nous irons nous ressourcer au Népal ou en Amazonie. Hélas, Katmandou est aujourd'hui une des villes les plus polluées de la planète et la forêt amazonienne rétrécit comme peau de chagrin. 

A propos de forêt, la profession d'avenir, c'est pompier : que ce soit en Californie, en Australie ou en Russie, il y a de quoi faire. Printemps, été, hiver, y a plus de saison pour les incendies.


Note

On l'aura sûrement remarqué, ce billet à été rédigé voici quelques semaines.  Depuis, il s'est passé des trucs du côté de Katmandou. Saison ou pas, comme le temps passe.



Aucun commentaire: