mardi 23 juin 2015

La femme est l'avenir de l'homme

1249 -


Pour des raisons qui ne regardent que moi, je m'intéresse à tout ce qui touche la longévité de la population française, européenne et mondiale. C'est ainsi que j'ai découvert récemment les chiffres et les courbes statistiques disponibles sur les sites de l'INSEE et de l'INED. Ils sont riches d'intérêt.

Tout le  monde sait que l'espérance de vie moyenne en France atteint, en 2015, 78,8 ans pour les hommes et 85,1 an pour les femmes. Notre pays se situe au quatorzième ou au quinzième rang, derrière des pays qui, presque tous, se situent en Europe occidentale, sauf le Japon, qui est en tête avec  80 ans pour les hommes et 86,1 ans  pour les femmes. A comparer aux chiffres de la  Chine (74 ans pour les hommes), de la Russie (61,7 ans), du Nigeria (52 ans).

L'espérance de vie s'entend en général à la naissance. Les chiffres indiqués plus haut concernent les nouveaux-nés. Ainsi, un bébé français né en France au début de 2015 peut raisonnablement espérer vivre un peu plus de soixante-dix-huit ans. Je suis né le 9 mai 1940. Mauvaise pioche. Tandis que l'espérance de vie d'un bébé né au début de l'année 1939 frôlait les 60 ans, celle des enfants nés en 1940 et 1941 tombait à tout juste 40 ans, on devine aisément pour quelles raisons. Le même effondrement s'était déjà produit lors de la première guerre mondiale et celle de 1870. Si Hitler avait gagné la guerre, on n'ose pas penser à ce que serait aujourd'hui l'espérance de vie en France à la naissance.

Au 1er janvier 2015, le nombre de Français mâles nés en 1939 encore vivants s'élevait à 203 004. Pour 1940, il n'était plus que de 198 420. Pour 1941, il s'abaissait encore, à 193 432. Il faut attendre 1942 pour que les chiffres repartent à la hausse. Ce creux correspondant aux deux années 1940/1941 est aisé à interpréter. Je suis un enfant de la pénurie dans diverses acceptions de la notion.

Pour une population d'un peu plus de 65 millions d'habitants, la France compte aujourd'hui un peu plus de 9% de personnes âgées de plus de 75 ans. Cependant, les femmes sont considérablement majoritaires dans ce groupe -- ces 9% se décomposant en 6% environ de femmes pour 3% d'hommes. Je suis donc fier d'appartenir à un contingent en instance de disparition provisoirement différée.

L'examen de la pyramide des âges de la population française actuelle n'est pas moins instructive. Jusqu'à l'âge de vingt ans, les garçons sont plus nombreux que les filles. Ensuite, les femmes sont toujours plus nombreuses que les garçons. A partir de 60 ans environ, l'écart se creuse considérablement en faveur des femmes. Au sommet de la pyramide, on comptait, dans toute la France, au 1er janvier 1015, 18 hommes âgés de plus de 105 ans, pour 1086 femmes.

Le poète avait raison : la femme est l'avenir de l'homme.

Quoi qu'il en soit, tout mâle déficient que je suis, je ne consentirai à mourir que contraint et forcé. C'est que j'ai le vouloir-vivre chevillé au corps, défaut assez courant. Il est certain que, d'une manière générale et à condition de ne pas y regarder de trop près, j'aime bien vivre. Pourtant, cet attachement à la vie me paraît déraisonnable et quelque peu insensé. Car enfin, je ne vois pas bien la différence entre le fait d'exister et le fait de n'avoir jamais existé. Etre vivant ou mort, quelle différence ? Chercher un sens à la vie est l'occupation la plus vaine qui soit. à la mort aussi, d'ailleurs. On était là, on n'y est plus. Qu'on soit humain, chat, fourmi ou amibe, bactérie ou virus, on s'agite un temps court sur cette terre, puis on est  cadavre, puis poussière. Tant qu'on est vivant, il est certainement préférable d'y trouver du plaisir, sinon, à quoi bon vraiment ? Les efforts de tant de gens pour donner un sens et une valeur à la vie d'un individu, d'un groupe ou de l'espèce toute entière ne suscitent qu'une seule réaction saine : un énorme éclat de rire. Oeuvrer à la promotion du plaisir pour tous, -- y compris nos frères animaux -- sous toutes ses formes innocentes, m'apparaît en revanche comme une entreprise digne qu'on y participe. Ce n'est pas donner du sens, c'est seulement faire preuve de bon sens. Soyons des militants de l'âge doux qui, selon Michel Serres, est l'avenir de l'humanité.





Aucun commentaire: