lundi 7 septembre 2015

Le nouveau roman de Michel Houellebecq

1275 -


Selon un informateur de mes amis généralement  bien informé, le prochain roman de Michel Houellebecq devrait paraître au mois de janvier prochain. Espérons que, cette fois, aucune coïncidence fâcheuse ne viendra en perturber la réception.

Sous le titre de Rétrocommission, Michel Houellebecq  devrait nous proposer une rétrofiction politique anticipative : en 2027, suite à la programmation obligatoire des oeuvres de Joris-Karl Huysmans dans tous les établissements scolaires de France, la jeunesse musulmanes se convertit massivement  au catholicisme. Elu dès le premier tout sur le score impressionnant de 75,2% des voix, le nouveau président Gérald Ben Brasillach proclame la fin de la Ve République et l'avènement de l'Etat Français. Une série de mesures de salut public est immédiatement adoptée : rétablissement de la peine de mort ; interdiction de l'avortement, passible de la peine capitale, et de toute forme de contraception ; incitations financières au retour à la terre et aux familles nombreuses de plus de 10 enfants ; mise en place d'une politique discrètement antisémite ( port de l'étoile jaune, exclusion de la fonction publique etc. ). Ouverture de camps de rééducation pour les athées et les francs-maçons. Pour les migrants, ouverture de structures  d'accueil comportant des bâtiments spéciaux, dits "d'accueil expéditif", réservés aux femmes, aux vieillards, aux malades, aux homosexuels et aux enfants ( quelques grandes entreprises françaises du BTP et de la chimie seront chargées de les réaliser). A l'intention des hommes valides, création d'un Service du Travail Obligatoire (STO), fer de lance de la reconstruction économique du pays grâce à la modicité des salaires mensuels ( 100 euros ) dont on peut escompter un effet vertueux sur la moyenne des rémunérations. En accord avec les évêques et le Vatican, remplacement du vin de messe par de l'eau de Vichy.

Au cours de la grandiose cérémonie du transfert des cendres du Maréchal au Panthéon, le narrateur, universitaire déjà spécialiste de Drumont, se voit offrir par le représentant de Gallimard le soin de diriger pour la Pléiade l'édition des oeuvres de Darquier de Pellepoix. Quant à Huysmans, il peut bien attendre, n'étant mort qu'il y a un peu plus d'un siècle. Du reste le pessimisme outrancier de ce disciple de Schopenhauer, ainsi que sa misogynie frénétique et que son mépris de la procréation font de lui, en dépit de quelques intuitions relativement éclairantes à la rigueur, un auteur aussi peu que possible accordé aux perspectives positivement enthousiasmantes ouvertes par la Révolution Nationale, plumitif d'ailleurs probablement irrécupérable.


( Posté par : Gehrard von Krollok, avatar eugènique rengagé )


Aucun commentaire: