mardi 29 septembre 2015

Variations sur un aphorisme de Cioran

1282 -


" Ce n'est pas la peine de se tuer puisqu'on se tue toujours trop tard "

Dans le genre de l'aphorisme-éclair, Cioran a sans doute fait beaucoup mieux. Celui-là ne dépasse guère l'altitude d'une pirouette, quoique d'une impeccable logique.

On voit mal en effet bébé profiter d'un moment de distraction de la sage-femme pour se pendre au cordon ombilical. Du coup, il est définitivement toujours trop tard pour se tuer.

Au demeurant, deux beaux octosyllabes, à condition de s'autoriser une élision :

Ce n'est pas la pein' de se tuer puisqu'on se tue toujours trop tard.

Ou :

Ce n'est pas la peineu de s'tuer puisqu'on se tue toujours trop tard.

Dommage. J'y vois comme une légère imperfection. Aussi motorisé-je  -- m'autorisé-je, veux-je dire --, à corriger le grand Cioran :

C'est inutile de se tuer puisqu'on se tue toujours trop tard...

C'est inutile de se  tuer
Puisqu'on se tue toujours trop tard.

Ou sa variante petit nègre :

C'est inutileu deu seu twer
Puisqu'on seu tu toujou' tlop tawh.

Mieux, non ?

Beaucoup mieux, en tout cas, qu'un "C'est pas la peine de se tuer puisqu'on se tue toujours trop tard" excessivement vulgaire.

On s'autorisera aussi  quelques variations sur le thème :

1/  C'est inutile de se tuer puisqu'on se tue toujours trop tôt.

Ouais. Une autre :

2/ C'est inutile de se tuer puisqu'on se tue à petit feu.

Voilà qui va mieux, me semble-t-il. Une autre :

3/  C'est inutile de se tuer puisque vivre, c'est tuant.

Ou, mieux, sa variante impeccablement octosyllabique :

C'est inutile de se tuer,
Puisque vivre, ô maman, c'est tuant.

Maman c'est toi ? Maman c'est tuant.

Notre envoyé spécial à la maternité de Z. nous informe : Josette X. a donné la mort à son bébé en lui donnant la vie. L'enfant a été enregistré sous le nom de Junior-Mathusalem Souzix.

En voilà assez. N'épiloguons pas. Au fait, Junior, c'est un comparatif. On est donc toujours plus junior que Junior. D'où :

4/  C'est inutile de se tuer puisque l'on naît toujours trop jeune.

Trop vieux aussi, si on va par là. Une autre :

5/  C'est inutile de se tuer puisqu'on est condamné à mort.

Conventionnel. Une autre :

6/  C'est inutile de se tuer puisque vivre ou être mort c'est bonnet blanc et blanc  bonnet.

Redite. En plus, cette histoire de bonnets blancs, ce n'est pas très funèbre. Une autre :

7/  C'est inutile de se tuer puisque d'autres s'en chargeront à votre place.

Pas très charitable. Une autre :

8/  C'est inutile de se tuer puisqu'il suffit d'aller en Syrie se faire tuer.

Attendu. Une autre :

9/  Ce n'est pas la peine de me tuer puisque Josette finira bien par le faire.

Abusivement personnalisé. Une autre :

10/  C'est inutile de tuer la girafe puisqu'il faut la peigner.

Idiot.

Sans compter que bonjour les octosyllabes. Il vaudrait mieux :

Tuer la girafe est inutil'
Puisqu'il convient de la peigner.

Pas mal mais on n'évite pas la licence de l'élision.

Une autre :

11/ C'est inutile de se tuer le temps puisque le temps mort.

Mon dieu quel humour. Une autre.

12/ C'est inutile de se tuer au travail puisqu'on prend sa retraite toujours trop tard.

Il vaudrait mieux arrêter là. Allez, encore une pour la route :

13/ C'est inutile de tutoyer la Mort puisque c'est elle qui le fait.

Exact. Du moins dans les Fables de La Fontaine chez qui la Mort a de ces familiarités.

A propos de la Fontaine, j'imagine le début d'une fable que j'intitulerais  La Vie et le bébé :

   ,                                              La Vie et le bébé

                         Un bébé qui comptait moins d'un' mint' de vie
                         Se plaignait à la Vie que précipitamment
                         Elle le contraignait de rester pour des heures ...

Cela partait plutôt bien mais les deux élisions du premier vers gâchent tout. Et puis minut' de vie , c'est pas joli ; ce choc de dentales, ça me les agace. Sainte Euphonie, priez pour nous.

L'élision en poésie, tout le  monde ne sait pas faire. On peut en tirer des effets surprenants. Question de registre de langage.  Témoin cette fable chantée qui en fait une brillante démonstration, sans compter sa pertinence et son actualité :

"                               Valse


Je fus pendant longtemps ouvrier ébéniste,
Dans la ru’ du Champ d’Mars, d’la paroiss’ de Toussaints.
Mon épouse exerçait la profession d’modiste,
     Et nous n’avions jamais manqué de rien. –
     Quand le dimanch’ s’annonçait sans nuage,
     Nous exhibions nos beaux accoutrements
     Et nous allions voir le décervelage
     Ru’ d’l'Echaudé, passer un bon moment.
          Voyez, voyez la machin’ tourner,
          Voyez, voyez la cervell’ sauter,
          Voyez, voyez les rentiers trembler;                                                                                                                                   
Hourra, cornes-au-cul, vive le père Ubu !

Nos deux marmots chéris barbouillés d’confitures,
Brandissant avec joi’ des poupins en papier,
Avec nous s’installaient sur le haut d’la voiture
     Et nous roulions gaîment vers l’Echaudé. –
     On s’précipite en foule à la barrière,
     On s’fich’ des coups pour être au premier rang ;
     Moi je m’mettais toujours sur un tas d’pierres
     Pour pas salir mes godillots dans l’sang.
          Voyez, voyez la machin’ tourner,
          Voyez, voyez la cervell’ sauter,
          Voyez, voyez les rentiers trembler;
                    Hourra, cornes-au-cul, vive le père Ubu !

Bientôt ma femme et moi nous somm’s tout blancs d’cervelle,
Les marmots en boulott’nt et tous nous trépignons
En voyant l’Palotin qui brandit sa lumelle,
     Et les blessur’s et les numéros d’plomb.
     Soudain j’perçois dans l’coin, près d’la machine,
     La gueul’ d’un bonz’ qui n’me r’vient qu’à moitié.
     Mon vieux, que j’dis, j’reconnais ta bobine,
     Tu m’as volé, c’est pas moi qui t’plaindrai.
          Voyez, voyez la machin’ tourner,
          Voyez, voyez la cervell’ sauter,
          Voyez, voyez les rentiers trembler;
                    Hourra, cornes-au-cul, vive le père Ubu !

Soudain j’me sens tirer la manch’ par mon épouse :
Espèce d’andouill’, qu’ell 'm’dit, v’là l’moment d’te montrer :
Flanque-lui par la gueule un bon gros paquet d’bouse,
     V’là l’Palotin qu’a just’ le dos tourné. –
     En entendant ce raisonn’ment superbe,
     J’attrap’ su’ l’coup mon courage à deux mains :
     J’flanque au rentier un’ gigantesque merdre
     Qui s’aplatit su’l'nez du Palotin !
          Voyez, voyez la machin’ tourner,
          Voyez, voyez la cervell’ sauter,
          Voyez, voyez les rentiers trembler ;
                    Hourra, cornes-au-cul, vive le père Ubu !

Aussitôt j’suis lancé par-dessus la barrière,
Par la foule en fureur je me vois bousculé
Et j’suis précipité la tête la première
     Dans l’grand trou noir d’ous qu’on n’ revient jamais. –
     Voilà c’que c’est qu’d'aller s’prom’ner l’dimanche
     Rue d’l'Echaudé pour voir décerveler,
     Marcher l’Pinc’-Porc ou bien l’Démanch’-Comanche,
       On part vivant et l’on revient tudé.
          Voyez, voyez la machin’ tourner,
          Voyez, voyez la cervell’ sauter,                                                                                                                               V oyez, voyez les rentiers trembler ;                                                                                                                                  
Hourra, cornes-au-cul, vive le père Ubu ! « 

J'adore la moralité.


Cioran ,   Aveux et anathèmes   ( Gallimard )

Alfred Jarry ,   Tout Ubu     ( Le Livre de poche )


( Posté par : Guy le Mômô , avatar eugènque agréé





Aucun commentaire: