samedi 26 décembre 2015

La Corse et la France à l'heure de l'autodéfense

1304 -


Les événements des 25 et 26 décembre à Ajaccio apportent de l'eau au moulin de mes analyses et de mes prévisions telles que je les ai présentées dans mes billets  du 23 août et du 12 décembre derniers. Cependant, ils ne présentent qu'une esquisse maladroite et contre-productive de la ou des solutions vraiment efficaces.

Il est clair que s'en prendre à l'ensemble de la communauté maghrébine de la ville et détruire un lieu de culte musulman sont les pires des réactions , même si, après les agression des pompiers et des policiers attirés dans un guet-apens, on pouvait s'attendre à de tels excès. Elles tombent légitimement sous le coup des accusations de racisme et de xénophobie.

Or, en Corse comme sur l'ensemble du territoire métropolitain, l'immense majorité de nos concitoyens d'origine maghrébine et de confession musulmane sont des gens très bien intégrés à la société française et qui ont de très bonnes raisons de ne pas se livrer à des provocations aberrantes comme celle à laquelle se sont livrés les voyous d'Ajaccio. On sait très bien à quelle frange de la communauté maghrébine musulmane -- en Corse et en France métropolitaine -- appartiennent ces voyous. Ils ont -- grosso modo -- entre quinze et vingt-cinq ans, et sont, pour la plupart, déjà connus des services de police pour des faits de délinquance et des incivilités. C'est là qu'il faut frapper.

Malheureusement, pour diverses raisons que tout le monde connaît, il ne faut pas s'attendre à ce que les forces de police et les magistrats identifient et punissent à brève échéance les agresseurs des pompiers et des gendarmes. En revanche, on peut imaginer que des citoyens absolument déterminés, organisés en milices d'autodéfense, armés et renseignés en sous-main par des membres des forces de police et de gendarmerie acquis à leur cause, ainsi que par des citoyens ayant été témoins d'actes répréhensibles, se chargent du travail d'élimination des brebis galeuses, et s'en chargent de façon impitoyable. Il s'agirait de purger, pour son bien, la communauté maghrébine et musulmane de ses éléments indésirables, et de l'en purger définitivement. On peut imaginer que les individus à éliminer seraient exfiltrés nuitamment par la force de leur domicile ; les mineurs pourraient être éventuellement extraits manu militari de leurs établissements scolaires ou clubs sportifs ; des scènes d'exécutions publiques, filmées, seraient précédées de mutilations et de tortures.  Les individus indésirables pourraient par exemple être étouffés avec leurs propres parties génitales préalablement tranchées, le fion défoncé par une barre de fer chauffée au rouge. A titre d'exemple, leurs cadavres pourraient être traînés derrière des véhicules à  travers toute la ville.

Bien entendu, les exécuteurs agiraient cagoulés et camouflés, dans le plus strict anonymat. Après l'action, ils se fondraient dans le paysage, avec la complicité passive des forces de police officielle.

Il va de soi que les descriptions qui précèdent relèvent de la politique-fiction et ne reflètent nullement mon voeu personnel. Je me borne à tenter d'imaginer ce qui, malheureusement, risque de se passer. Hélas. Tout cela est bien triste.

Ce qui va se passer à Ajaccio et en Corse dans les mois qui viennent devra être suivi avec attention par tous ceux qui pensent que -- devant l'impuissance de nos institutions "démocratiques" -- le moment est venu pour les citoyens eux-mêmes de faire le ménage. Mais encore une fois, il ne s'agit pas de s'en prendre à une communauté innocente des dérives de quelques brebis galeuses. Ce sont celles-là qui seraient liquidées, et elles seules, y compris celles qui sont actuellement détenues dans les prisons. Bien entendu, ce travail de "nettoyage de propreté" ne viserait pas que la communauté maghrébine et musulmane. C'est toute une société à qui, selon d'aucuns, il faudra ré-inculquer, par des moyens drastiques, le sens du respect de l'ordre public.

Après la victoire des autonomistes et  des indépendantistes aux élections régionales, les Corses semblent s'être soudainement débarrassés de quelques unes de leurs inhibitions -- qui sont aussi les nôtres. La Corse nouvelle semble appelée à jouer le rôle d'un laboratoire chargé de préparer les évolutions nécessaires à laquelle notre société et nos institutions doivent s'attendre.

( Posté par : Gehrard von Krollok, avatar eugènique agréé )


Aucun commentaire: