mercredi 6 janvier 2016

La sagesse selon Joyce-Carol Oates

1308 -


Sur le compte twitter de Joyce-Carol Oates, à l'occasion du nouvel an, on peut lire cet aphorisme :

" Happiest people are those (of us) whose expectations are lowered. Recommended for 2016 ".

Voilà qui me paraît fort sage. J'estime être dans ce cas (par la force des choses, j'en conviens). Cependant, nihil novi sub sole . Quelqu'un n'a-t-il pas écrit, voilà longtemps déjà :

O miseras hominum mentes, o pectora caeca !
Qualibus in tenebris vitae quantisque periclis
degitur hoc aevi quodcumquest ! Nonne videre
nil aliud sibi naturam latrare, nisi utqui
corpore seiunctus dolor absit, mensque fruatur
iucundo sensu cura semota metuque ?

Ouais. A la réflexion, je ne suis pas du tout sûr que le programme tracé ici par Lucrèce entre dans le cadre de la sagesse telle que Joyce-Carol la définit. Voilà en effet un paquet-cadeau d'espérances proprement démentiel. On veut bien croire que c'est là le voeu de la nature. Mais, même avec tous les secours de la philosophie, je doute que sa réalisation soit  à la portée des humains.

Sagesse pour sagesse, la modestie de Joyce-Carol  décidément m'agrée.

Certes, Lucrèce se contente de dire que tel est le voeu de la nature. Il ne dit pas que l'homme soit capable de l'exaucer. Tout montre au contraire que presque tous les hommes s'acharnent à s'en éloigner. Au fond, Lucrèce rejoint Joyce-Carol pour nous donner le conseil suivant : au moins, tâchons de ne pas en rajouter. Ce qui semble, en effet, à la portée de tout un chacun. Quoique ...

On retrouve, ce me semble, la même sagesse modeste et sans prétention chez la grand-mère de Sartre ; selon l'auteur des Mots, sa formule favorite, expression de tout un art de vivre, était : " Glissez, mortels, n'appuyez pas " . Quand on observe le train du monde, on ne peut pas dire que son mot d'ordre mobilise les foules.


( Posté par : Babal , avatar eugènique agréé )



Aucun commentaire: