mercredi 10 février 2016

La bataille du circonflexe

1317 -


" Si tu m'crois pas, hey !
T'aar ta gueule à la récré ! "


Recommandée par l'Académie Française depuis près de vingt ans, une réforme partielle de l'orthographe devrait enfin être appliquée dans les établissements scolaires du primaire et du secondaire à la rentrée de septembre 2016. Mais avec beaucoup de précautions. Il est en effet hors de question de sanctionner les élèves qui s'en tiendraient à l'ancienne norme. On peut gager que cette prudente disposition donnera plus de fil à retordre aux enseignants, qui devront jongler entre l'ancienne norme et la nouvelle norme, qu'aux élèves, qui auront tôt fait de s'adapter à cette dernière.

Parmi les mesures prévues, la suppression, dans un grand nombre de cas, de l'accent circonflexe.

Cette éventualité a immédiatement suscité une levée de boucliers assez comique dans les rangs de ceux qui sautent sur toutes les occasions de rompre des lances avec le pouvoir actuel, criant à la trahison, au reniement de nos valeurs. On a pu lire, dans les colonnes du Point un article furibard de Gabriel Matzneff, et Pierre Assouline, dans un récent billet de sa République des livres, s'est fendu d'un billet un peu plus mesuré mais néanmoins nettement hostile à cette réforme, applaudi, bien entendu, par son fidèle lectorat de droite.

Je crains, quant à moi, que l'enjeu de cette lutte  ne soit dérisoire, et je  pense que la suppression d'un grand nombre d'accents circonflexes devrait contribuer à faciliter l'apprentissage de notre langue écrite.

Dans la langue française, l'accent circonflexe peut prendre deux valeurs :

- celle d'un signe diacritique, censé modifier la prononciation d'une voyelle de l'alphabet, selon la définition donnée par le TLF. En réalité, il ne  modifie rien du tout : c'est l'usage qui fait loi, et, plus  d'une fois, la prononciation consacrée par l'usage ne fait aucun cas de la présence d'un circonflexe. De plus, divers mots admettent deux prononciations d'une de leurs voyelles surmontée du circonflexe.

- celle d'un marqueur étymologique; dans ce cas, le circonflexe est la trace d'une lente évolution phonologique.

A l'aide d'un exemple, reprenons les deux cas dans l'ordre inverse.

Le mot aumône s'écrit avec le circonflexe. Le signe est d'abord la trace d'une évolution phonologique ancienne : la disparition d'un [s] ancien suivi de consonne, disparition souvent accompagnée de celle d'une voyelle brève intercalée entre le [s] et les deux consonnes. Beaucoup de mots français portant un circonflexe sur une de leurs voyelles sont le produit de cette évolution ( être, maître, paître etc. ).

Dans le cas de aumône, le mot vient en effet du latin chrétien elemosina, lui-même copie du grec ééléèmosunè , dont Anatole France met un équivalent francisé dans la bouche de son Monsieur Bergeret : élémosyne, à propos d'une confrontation entre justice et charité.

Les adversaires de la réforme crient à la trahison, pour ne pas dire à l'acte antipatriotique : la suppression du circonflexe contribuerait à nous faire oublier les racines de notre langue. C'est vraiment absurde ! Quel locuteur, quel lecteur, quel scripteur, songe à l'origine étymologique de aumône en le prononçant, en le lisant, en l'écrivant, A part une  poignée d'agrégés de lettres classiques, je ne vois vraiment pas qui. En réalité, celles et ceux qui s'intéressent à l'étymologie d'un mot ont toujours la ressource de consulter un dictionnaire suffisamment informé (le TLF  en ligne par exemple). La disparition de TOUS les accents circonflexes n'ayant d'autre signification que celle d'une trace de l'évolution ancienne du  mot ne gênerait personne et simplifierait grandement et utilement l'écriture du français.

Envisageons  maintenant la valeur diacritique, censée indiquer la prononciation du mot. Dans le cas de aumône, cette valeur est nulle : En effet, comme l'indique avec précision le TLF, le mot est couramment prononcé de deux façons : soit avec un [O] ouvert, soit avec un [O] fermé. C'est le cas de beaucoup d'autres mots : si, de fait, la présence ou l'absence du circonflexe indique une différence de prononciation entre infâme et infamie, il n'en va pas de même, par exemple, pour grâce et gracieux.

Pour reprendre le cas du [O] ouvert, nombre de mots français qui le contiennent ne comportent pas de circonflexe : si dans le vocabulaire médical symptôme en porte un (trace étymologique), ce n'est le cas ni de glaucome ni de syndrome etc. C'est aussi le cas de très nombreux mots des lexiques scientifiques : glucose, lactose etc.

Dans le cas du [E] et du [A] ouvert ou fermé, qui verrait un inconvénient au remplacement du circonflexe par un accent grave ? Si être s'écrivait ètre, si pâtre s'écrivait pàtre ou tout simplement patre,  qui en ferait une maladie ? Pas moi en tout cas.

Le maintien du circonflexe ne se justifie vraiment à la rigueur que par le souci de distinguer deux homonymes : les cas sont rares.

Vive l'enterrement du circonflexe, où Margot sans circonflexe) ne pleurera point !


Additum -

L'orthographe "normalisée" du  français (depuis que ce travail de normalisation a cours, du moins officiellement)  a toujours accompagné avec beaucoup de retard l'évolution de la langue parlée. Or, dans cette affaire, c'est l'usage et la commodité des locuteurs qui devrait faire loi. Une foultitude d'usages orthographiques de notre langue ne sont pas autre chose que des archaïsmes. Raymond Queneau avait clairement perçu ce décalage, ainsi que ses implications sociologiques et politiques. Les libertés orthographiques de Zazie dans le métro sont plus que jamais d'actualité. La langue écrite est le domaine privilégié des sacralisations abusives et des interdits frileux. Rien de plus conservateur. Rien de plus réactionnaire. Pas étonnant que les actuelles réactions furibardes à une réforme pourtant bien limitée émanent des rangs de la droite la plus crispée sur des nostalgies passéistes. Pendant ce temps, nos jeunes (des banlieues ou pas) s'adonnent quotidiennement, à coups de SMS et de twitts, à réinventer l'ortograf du français. Tant mieux.


Posté par : gérard-Jean , avatar eugènique agréé )


Aucun commentaire: