jeudi 23 juin 2016

Judith Gayet décapitant Holopherne Martinez : encore un coup de Daech !

Artemisia Gentileschi,  Judith Gayet décapitant Philippe Martinez

Valentin de Boulogne, Judith Gayet avec la tête de Philippe Martinez



1357-


S'agissant de l'agitation sociale ma position est celle d’un téléspectateur déçu de  Plus belle la vie . Comparés à ceux de l’actualité récente, les scénarii de nos meilleurs concepteurs de séries populaires me paraissent d’une affligeante indigence. Au lieu que, de 11 septembre en 13 novembre, ça n’arrête pas de rebondir : toujours plus ! L’ennui, c’est que le téléspectateur accro en redemande. Or, imaginons un instant le déroulement de la manif de cet après-midi : pendant que, du haut des toits, des commandos fascistes arrosent la foule à la grenade DF, une dizaine de djihadistes, parmi lesquels Anatole France et Bernard-Henri Lévy récemment convertis, s’y font sauter ; à bout de nerfs, et ordres ou pas, les CRS tirent dans le tas, à balles réelles; les survivants sont balancés aux requins dans le bassin de l'Arsenal ; désespéré de n’avoir cessé de renier ses engagements de campagne, Flanby se noie dans la pièce d’eau de l’Elysée ; ou plutôt c’est Judith Gayet qui lui tranche la tête et la présente à Pujadas sur un plateau d’argent (je confonds un peu avec Salomé), dans un remake fumant de Valentin de Boulogne. Pour couronner le tout, Martinez, la moustache en bataille, se couronne nouveau Petit Pépère des Peuples. Mais Judith Gayet, décidément insatiable, l'attire dans son plumard, et couic ! A défaut de me satisfaire complètement, voilà un téléfilm qui arracherait au moins quelques grognements jubilatoires au téléspectateur blasé que je suis.

C'est comme les squatters de Notre-Dame-des-Landes : des commandos fascistes en uniformes de la Wehrmacht attaquent de nuit leurs gourbis, regroupent les zigotos dans l'église, et y foutent le feu : et voilà un docu-fiction intitulé Au four à Oradour ! . On n'aurait même pas à recruter des figurants, et encore moins à les payer ! Oui à une gestion fasciste du cinéma français !

Ne désespérons pas des studios de Billancourt.


( Posté par : Adolf H. , avatar eugènique extatique )


Additum -

Réflexion faite, plutôt qu'à Philippe Martinez,  la tronche d'Holopherne dans le tableau d'Artemisia Gentileschi me ferait plutôt penser à David Cameron. Un peu à Donald Trump aussi. A moins que ce ne soit, tout bonnement, à celle de Richard Millet. C'est ça ! c'est tout-à-fait Richard Millet. Vas-y, Judith, tranche-moi ça dans le vif, et fissa !


Additum 2 -

Il semble que l'histoire de Judith et d'Holopherne ait particulièrement inspiré les peintres de la Renaissance et surtout du début du XVIIe siècle, en particulier les peintres italiens et français de la mouvance du Caravage, qui a laissé au moins deux versions de la célèbre scène, de même que Valentin de Boulogne. Les historiens de l'art ont sûrement une explication de la vogue du thème à cette époque. Une étude de ses variations ne devrait pas manquer d'intérêt.


Valentin de Boulogne, Judith décapitant Holopherne


Le Caravage , Judith décapitant Holopherne
Cristofano Allori, Judith avec la tête d'Holopherne
Elisabetta Sirani, Judith avec la tête d'Holopherne
Le Caravage, Judith décapitant Holopherne
Anonyme,  Judith avec la tête d'Holopherne
Trophime Bigot, Judith décapitant Holopherne





Aucun commentaire: