vendredi 15 juillet 2016

Une présentatrice météo peu futée

1364 -


Depuis quelques semaines, la chaîne publique Antenne 2  fait appel aux services d'une nouvelle présentatrice météo. Celle-ci a immédiatement poussé jusqu'à la caricature le style nouille de quelques uns de ses confrères ; il consiste à affecter de croire que les Français n'aspirent qu'à une chose : du soleil, encore du soleil et toujours plus de soleil, de la chaleur, encore de la chaleur et toujours plus de chaleur. Comme si elle annonçait la venue du Messie, elle nous a prédit que, mais oui, tenez-vous bien, quel bonheur vous attend, la température à l'ombre allait bientôt atteindre et dépasser les 35 degrés dans l'après-midi. Le plus exaspérant est sans doute le ton de ses propos : celui d'une mère s'adressant à son petit dernier légèrement débile mental.

Elle n'avait sans doute pas songé à ces très nombreux professionnels dont les conditions de travail sont rendues plus difficiles dans une chaleur estivale souvent accablante, ni aux très nombreuses personnes dont l'état de santé est mis en péril dans les mêmes conditions. C'est vrai qu'on aborde les 
vacances d'été, mais tous les Français ne sont pas en train de faire bronzette sur les plages, loin de là. Mais cette présentatrice semble avoir calibré son discours pour qu'il plaise aux vacanciers, en faisant fi des préférences des autres.

Cependant, l'attitude de cette dame est assez révélatrice de l'idée que les médias se font des attentes de nos contemporains, dans une société de plus en plus urbanisée, qui n'offre plus à la majorité de ses membres de contacts un peu suivis avec la nature que dans le cadre des loisirs.

Il est vrai que le langage des météorologues et le langage courant sont déjà suffisamment connotés négativement dès qu'il s'agit d'autre chose que d'un temps ensoleillé et chaud ( beau temps/mauvais temps, perturbation etc. --  une liste exhaustive de ces expressions valorisantes ou dévalorisantes serait longue) . Raison de plus pour ne pas en rajouter, surtout quand le réchauffement climatique ramène chaque année (c'est déjà le cas en ce début d'été) les menaces de canicule.

Après tout la pluie, le vent, la fraîcheur et même le froid ont aussi leurs indiscutables avantages et leurs fervents amateurs. Voilà longtemps déjà que Georges Brassens s'est moqué de "ces pays imbéciles où jamais il ne pleut".

Pour toutes ces raisons, nos présentatrice et présentateurs météos seraient bien inspirés de s'en tenir à des appréciations aussi neutres et objectives que possible. On attend d'eux de la précision. Leurs niaiseries, on s'en passe, surtout quand ces gens se figurent qu'on y applaudit.


Posté par : Onésiphore de Prébois, avatar eugènique sylvicole )

Aucun commentaire: