jeudi 18 août 2016

Toutes en burkini !

1374 -


Le maire de Cannes vient de pondre un arrêté d'interdiction, sur les plages de sa commune, du burkini, ce costume de bain "islamique" que des femmes musulmanes ont choisi de porter, estimant qu'il était compatible avec les préceptes de leur religion. Le maire de Cannes invoque le risque de troubles à l'ordre public (???) et le souci de respecter les principes de la laïcité. Plusieurs maires de communes du littoral français, dont ceux de Fréjus et de Nice, lui ont emboîté le pas. A Cannes, les contrevenantes s'exposent à une amende de 38 euros.

Les arguments du maire de Cannes et de ses émules ne valent pas un clou. La prise de position du premier ministre Valls, les assurant de sa "compréhension", n'est pas moins consternante.  Depuis quand le port de vêtements ou d'insignes représentatifs d'une religion dans les espaces publics porte-t-il une atteinte à la laïcité et met-il  en danger l'ordre public ? Jusqu'à ces arrêtés scandaleux, toute personne, en France, pouvait circuler dans la tenue vestimentaire qui lui convenait, pourvu que cette tenue ne portât pas atteinte aux exigences élémentaires de la décence. En quoi le burkini offense-t-il la décence ? Au nom de quoi dénierait-on aux femmes qui le souhaitent le droit de le porter, alors que, manifestement, cette tenue est parfaitement décente ? Au nom de quoi les musulmanes devraient-elles être exclues des droits qu'on reconnaît à toutes les autres femmes, et notamment aux membres des congrégations religieuses chrétiennes ? On ne peut qu'adhérer à la plainte déposée par la Ligue des droits de l'homme contre le maire de Villeneuve-Loubet pour " atteinte grave et manifestement illégale portée à plusieurs libertés fondamentales ". Applaudissons les récentes déclarations d'Isabelle Adjani : " Je me sens toujours mal à l'aise quand on veut imposer la liberté à coups d'interdits. On ne peut refuser à des femmes d'aller à la plage à cause d'une tenue " .

Quelque part sur la plage, entre Cannes et La Bocca, j'ai surpris ce dialogue entre un pandore cannois et une charmante en burkini  :

Pandore – Madame, vous portez un burkini, vous êtes donc en contravention. Veuillez nous verser l’amende de 38 euros.

Dame – Un burkini, qu’est-ce que c’est ?

Pandore – Vous êtes musulmane, vous êtes mieux placée que nous pour le savoir.

Dame – Je ne suis pas musulmane.

Pandore (interloqué, pétant ce qui lui restait de plombs) – Ma qué ! Lé bourkini qué vous portez il est oune ténoue de bain moujoulmane !

Dame – Première nouvelle. J’ai vu cette tenue dans un magasin de maillots de bains, je l’ai trouvée seyante, je l’ai achetée. Vous voulez voir le chèque ?

Pandore – Tou ti fous dé ma goule, zalope ? On est cheu nous ou  quoye ? Et puis à poil ! A poil ! et que ça saute !

( Il l’empoigne. Cris de la dame. Quelques baigneurs, outrés accourent. Pugilat. Le pandore s’enfuit vers la mairie de Cannes, en caleçon. En chemin, il avise une charmante burkinabe).

Pandore -- Toi zaussi en burkini, szalope ! Aboule 38 euros, et plou vite qué ça !

Burkinabe -- C'est pas un burkini. C'est un burkino, la tenue de bain traditionnelle au Burkina-Faso.

Pandore ( avisant une autre contrevenante) -- Et toi, bouffiache, c'est pas ouné bourkini, des fois ?

Baigneuse -- C'est un court kini.

Pandore -- Mais il est long !

Baigneuse -- Va savoir.  C'est selon, comme pour les pandores cannois.

Pandore -- ???

Baigneuse -- Eh bien oui. Il y a deux sortes de pandores cannois : les courts et les longs.

Pandore -- Et moi, j'suis à la fois court et long, ptête ?

Baigneuse --  Gzact.

Pandore (pleurant) -- Bouhouhou ! .... ( Soudaine révélation )  Ali Babar !

Maire de Cannes (qui passait par là, soudaine révélation) -- Cette fois c'est décidé : demain je pars pour la  Syrie. Ali Babar !

Valls (qui passait par là) -- Moi zaussi ! Ali Babar !

Allez, les filles ! Toutes en burkini, et fissa ! Chiche ! Rien que pour voir la  tronche du maire de Cannes et de ses pandores. Sans compter celle de Valls. Sus aux courts et aux longs !

Additum 1 - 
Ces édiles anti-burkini, soucieux de complaire à leur électorat de droite le plus borné, n'ont pas pris garde qu'ils versent de l'huile sur le feu et qu'ils jouent avec la sécurité de leurs administrés en incitant ces islamistes radicaux qu'ils prétendent vouloir combattre à user de représailles. Par exemple, la longue plage de La Bocca est surplombée, sur plusieurs kilomètres, d'une voie bordée d'une rambarde ; même chose pour la plage qui borde la Promenade des Anglais à Nice. Rien de plus facile que d'arroser à la kalachnikov ou à la grenade les innocents baigneurs. Même pas besoin de se camoufler en burkini pour cela.

Additum 2 -

A Strasbourg, un Juif habillé dans une tenue traditionnelle a été poignardé en pleine rue.

Quelle idée aussi de se balader dans un espace public, affublé d’un costume qui affiche ses préférences religieuses, au mépris des règles et usages de notre laïcité ! Qu’attendent nos maires pour interdire ces défroques attentatoires à l’ordre public ?

Sur le fil d’actualités d’Orange.fr, on peut lire ce matin :
« Mis en examen et écroué, l’auteur d’une agression au couteau, commise par un déséquilibré récidiviste contre un sexagénaire juif, vendredi dans la rue à Strasbourg, sera poursuivi pour tentative de meurtre »
C’est comme la victime : il paraît qu’elle aurait été agressée à son insu de son plein gré.

Additum 3 (25 août) -

Cela n'a pas tardé  ! Après que des policiers aient verbalisé une femme voilée sur la plage de Nice et que la photo de la scène ait circulé sur le net, des menaces  à l'encontre de ces fonctionnaires circulent sur les réseaux sociaux. La bêtise répond à la bêtise : il fallait s'y attendre.



( Posté par : Toinou chérie , avatar eugènique agréé )

















Aucun commentaire: