dimanche 25 septembre 2016

Mes ancêtres les Gaulois ? Non, mais tu m'as pas regardé !

1384 -


Selon un ex-président connu par l'agressivité aussi imbécile que démagogique de ses sorties, tout bon Français devrait se reconnaître dans ses ancêtres les Gaulois. Comme aux bons vieux temps de la Troisième République, dis donc ; ça ne nous rajeunit pas ; les Gaulois non plus d'ailleurs.

Mais pour qui il me prend, ce Sarkon ? Me reconnaître des ancêtres gaulois ? Il m'a pas bien regardé.

Les Gaulois sont une race dégénérée qui n'a pas cessé de s'en prendre plein la tronche depuis Jules César et ses fiers Romains. Ensuite, ce sont les Goths  qui ont relayé les Romains, puis leurs avatars les Ostrogoths, puis les Wisigoths (ou l'inverse), puis les Burgondes, les Huns, les Vandales, les Alamans et j'en oublie, ô ma maman. Après leur passage, il en restait quelques unes à claquer, de têtes de Gaulois, pas beaucoup, mais quelques unes. Pour finir le travail, mes ancêtres se sont proposés.

Mes ancêtres les Francs. Rien à voir avec les Gaulois. D'authentiques Aryens, mes ancêtres. De pur sang germanique.

D'ailleurs, tout le monde le sait, la France, c'est le pays des Francs.

Frankreich.

Heil !

Papa me disait toujours : les Gaulois sont bons qu'à se faire botter le fion. Les vrais Français, c'est nous. C'est pas pour rien qu'on s'appelle Lefranc.

Vive le Franc ! L'authentique Franc français !

Additum  -

" Nos ancêtres  les Gaulois " : cette formule simpliste propre à fournir une solution non moins simpliste au problème insoluble de "l'identité nationale", nous la devons, on le sait, à des historiens, idéologues, politiques et enseignants de la Troisième République. Cette préférence pour les Gaulois est, historiquement, des plus hasardeuses, mais, idéologiquement, des plus significatives. Car enfin, que restait-il de « nos ancêtres les Gaulois » et, surtout, de leur organisation sociale et de leur culture après la conquête de César, après plusieurs siècles de domination et de colonisation romaine, après la série d’invasions barbares qui déferlèrent dès la fin du IIIe siècle ? Pas grand chose, assurément. Bien rares, d'ailleurs, au temps des cathédrales, étaient ceux qui savaient que les Gaulois avaient existé. Il faudra attendre Voltaire et ses "Welches" (appellation peu flatteuse sous  sa plume) pour les voir refaire surface. Leur vraie résurrection n'aura lieu qu'à la fin du XIXe siècle. Très significative, en tout cas, est, en ces temps de refondation républicaine et de préparation de la revanche, l’omission de l’empreinte franque, qui a pourtant donné son nom au pays.  A-t-on voulu gommer l’ascendance germanique de ceux qui avaient dominé et organisé le pays qu’ils avaient conquis ? C’est bien probable.

Le roman historique de « nos ancêtres les Gaulois » est de gauche à l’origine. La préférence de ceux qui, dans les premières décennies de la Troisième République, inventent ce mythe historique et cette généalogie collective rêvée tient au fait que « les Gaulois » sont assimilés aux masses populaires, alors même que ce qu’on sait des sociétés gauloises montre qu’elles étaient dominées par des groupes aristocratiques. En revanche, les Francs sont perçus comme des groupes guerriers aristocratiques, d’origine germanique de surcroît, ce qui conduit à les éliminer comme constitutifs d’une « identité nationale » derrière laquelle, déjà, on court. Août 14 n’est plus très loin…

Aujourd’hui, on voit un mythe « de gauche » récupéré par la droite pour des raisons de tactique électoraliste. On sait qui, dans notre société, ne peut se prévaloir d’ancêtres gaulois ; ce sont ceux qu’un Zemmour voudrait voir éjecter, ceux qu'un Richard Millet accable régulièrement de son mépris. Vivre dans une France où ne jouiraient de la citoyenneté que les descendants des « Gaulois », c'est aujourd'hui un rêve marqué très à droite, à l'extrême-droite pour tout dire.

Le roman historique « de gauche » à l’origine est donc passé à droite, mais il est toujours aussi dépourvu de bases historiques sérieuses. La réalité, bien entendu, est infiniment plus complexe que l’image d’Epinal ridicule qu’il prétend en donner. Un Sarkozy, un Zemmour, un Richard Millet, se sont fait la spécialité de manipuler sordidement « l’identité nationale », autre mythe qu’ils prétendent unificateur, alors qu’il ne vise qu’à diviser et à jeter les uns contre les autres les citoyens de ce pays.

Ce qu’il y a de plus rigolo sans doute, dans cette histoire de « nos ancêtres les Gaulois », c’est que dans leur quasi-totalité, ceux qui, dans ce pays, pourraient paraître fondés à se réclamer de cette ascendance « historique » sont absolument incapables de le faire ! Très mystérieusement mais, en tout cas, fort comiquement, cette totale incapacité individuelle se mue en forte certitude collective ! On se demande par quel tour de passe-passe. En revanche, on sait très bien qui, dans ce pays, peut remonter à des ancêtres relativement identifiable à une distance de plusieurs siècles : ce sont, par exemple, les Africains, les Arabes, les Berbères, les Antillais, pour ne citer qu’eux. En somme, le cache-misère de nos ancêtres les Gaulois servirait surtout à ceux qui sont en déficit d’ancêtres pour se parer d’une identité nationale de pacotille.

( Posté par : Franck Lefranc, avatar eugènique remonétisé )



1 commentaire:

daniel duranton a dit…

Quel Sarkonnard ?...non :il prend une majorité de ses électeurs potentiels pour des cons:c'est seulement une ordure ,comme beaucoup d'autres....A part peut-être ,.....non ,je vois pas ....Et toi ? t'as un nom à proposer ?