lundi 10 juillet 2017

L'exception vrounnzaise

1452 -


Je ne sais si cela répond au souci de s’aligner sur une macronesque consigne, mais la chaîne Antenne 2 semble s’être spécialisée dans les rituels de glorification de notre noble identité nationale. L’effet Simone Weil étant retombé, c’est le Tour de France qui a pris le relais. Ce ne sont qu’éloges dithyrambiques des paysages français, des routes françaises, des vélos français (?) et même des coureurs français. Il n’est pas jusqu’aux présentatrices météo qui ajoutent leur grain, annexant à nos titres de gloire LE climat français : il nous appartient, au même titre que la Tour Eiffel ! Une certaine Chloé N'a-rien-dedans, particulièrement gratinée dans son genre, nous a ainsi annoncé triomphalement l’autre jour : « Vos températures vont remonter ! » NOS températures ? Jusqu’alors, je croyais que la seule qui m’appartenait, c’était ma température anale, et encore ; en plus, je la préfère à 37°5 qu’à 38°5. Vive nos incomparables spécificités vrounnzaises !

Additum -

Chloé N'a-rien-dedans semble à jamais brouillée avec la pluie, le vent, la fraîcheur. Elle ne commence à exulter que lorsque les températures s'annoncent  caniculaires, "bonne nouvelle" qu'elle nous annonce de son insupportable voix de cruche prépubère n'ayant pas (du tout) inventé la poudre. C'est aussi le cas de ses collègues Anaïs Basse-de-mire et Valérie Bourriche. A croire que, pour ce trio d'andouilles, à partir du mois de juin jusqu'à fin septembre, le seul Français qui compte, c'est le citadin en vacances à la plage. Que les forêts se mettent à flamber un peu partout en France et en  Europe, que les algues envahissent le littoral breton ( entre autres effets dévastateurs de l'élévation des températures ), cela ne semble pas de nature à les conduire à une compréhension un peu moins simpliste des effets sur les populations des divers phénomènes météorologiques et climatiques. Aujourd'hui encore, la Chloé, annonçant quelques nuages sur le massif alpin, croyait bon de commenter : " Mais rassurez-vous, rien de bien méchant ". Oh qu'y sont méchants, les vilains nuages ! Mieux vaut en rire ... La pauvre Chloé semble incapable de concevoir qu'une élévation prolongée des  températures au-dessus des normales saisonnières en été ne signifie pas du tout la même chose pour un Parigot en mal de bronzette à Trou-du-cul_de- la plage, pour un producteur de melons du  Sud-Ouest, pour un habitant d'un village du Var en zone forestière, pour le pensionnaire d'une maison de retraite, etc.

Additum 2 -

Entendu ce soir au journal d'Antenne 2 Chloé tenir des propos tout-à-fait sensés et pertinents sur le réchauffement climatique et ses conséquences. J'en conclus qu'elle peut, si elle veut, nous épargner ces réflexions niguedouilles sur les températures et les nuages qu'elle nous sert très régulièrement dans ses bulletins météo. Alors Chloé, et vous, qu'est-ce que vous attendez ?


Rédigé par : le Petit météorologue, avatar eugènique saisonnier

De fait, celle-là, elle est vraiment comme la lune


1 commentaire:

Mo a dit…

J'avais bien aimé aussi la prédiction :
"On va perdre quelques degrés en moins!"
Si deux négations s'annulent, il faut comprendre que la température va monter?