dimanche 10 décembre 2017

Le crépuscule des idoles n'est pas pour demain soir

1484 -


Maintenant que la farce Johnny tire à sa fin, on attend avec une curiosité un peu (beaucoup) lasse le prochain divertissement de masse que nos médias (télévisuelles en tête) ne manqueront pas de nous mitonner. Cela ne devrait pas tarder : ce ne sont pas les idoles nationales qui manquent ; je ne citerai aucun nom mais on devine à qui je  pense.

Johnny, idole (des jeunes et surtout des moins jeunes)... Le mot idole vient du grec eidôlon qui signifie image. Qui parla jadis du "stupéfiant image" ? Tout abus de stupéfiant est toxique, et la plupart d'entre nous vivent, depuis le début des années soixante du siècle dernier, sous le règne du plus puissant diffuseur du stupéfiant-image : la télévision.

Or la carrière du chanteur est à peu près exactement contemporaine de la montée en puissance de la télévision comme divertissement de masse, entre 1960 et nos jours. C'est la télévision qui a fabriqué de toutes pièces le "mythe" Johnny. C'est à elle qu'il doit ses succès et sa renommée. Il est tout naturel que les enfants de la télévision -- fabricants d'images et consommateurs gavés -- communient dans la célébration d'une de leurs idoles.

J'ai dit ailleurs que, né en 1940, j'étais, à peu de choses près, le contemporain de Johnny, né en 1943. A peu de choses près seulement. Car je ne suis pas un enfant de la télévision. Adolescent, je  ne connaissais pas la télévision. J'ai vu mes premières images télévisées, ailleurs qu'au logis familial, au début des années 60. Mes repères intellectuels et culturels étaient déjà fixés. C'est pourquoi je n'ai jamais été un adorateur d'idoles, quelles qu'elles soient, et surtout pas humaines, et surtout pas les idoles au rabais de la foule. J'ai eu cette chance. Ainsi soit-il.

Le dénommé Denis Tillinac vient de déclarer : "Johnny est mort, la France est veuve " . C'est tout de même sidérant, vaguement terrifiant même, ce déluge de propos imbéciles inspirés par le trépas d'un histrion de second ordre. Ce concert hystérique reste largement pour moi une énigme.

1 commentaire:

JC..... a dit…

Au lieu de "La France a peur !", on en est arrivé à "La France a l'est conne !"
Une fois mon passeport brûlé, j'irai me réfugier à Monaco chez les migrants russes...