vendredi 8 décembre 2017

Singulier ou pluriel ?

1483 -


Ces temps-ci, je n'entends causer que des zobs secs de d'Ormesson et de Johnny. La chose vous a un côté momie, sans doute en accord avec le côté pharaonique des cérémonies funéraires. Et puis, avouons qu'ils se prenaient pas qu'un peu pour le Ramsès II de leur domaine, la chansonnette pour le premier, les contes pour adultes pour le second (ou l'inverse, je ne sais plus). J'aime bien qu'on parle de leurs zobs secs , ça vous a un petit côté naturaliste, loin de l'emphase de ce genre de célébrations. Et puis, c'est toujours utile de savoir ce qui vous attend.

Ce que je trouve bizarre et pas logique, c'est que, quand il s'agit de Tartempion, il n'est pas admis de parler de son zob sec mais seulement de ses zobs secs au pluriel. On dit : les zobs secs de Tartempion, comme s'il en avait eu deux ou plusieurs. Ce qui est prétentieux et anatomiquement inexact, puisqu'il n'en avait qu'un. Du point de vue du médecin légiste aussi, puisqu'y a pas que le zob qui est sec.

Je dirai donc qu'aujourd'hui, dans un grand concours de populace, on assiste au zob sec de Johnny. On connaît des spectacles culturellement moins pauvres, mais des tas de gens se contentent du brouet qu'on leur sert. Grand bien leur fasse.


( Posté par : Jeannot le Zobi, avatar eugènique zob cédé )












Aucun commentaire: