lundi 26 février 2018

Vive Laeticia !

1498 -


Dans l'affaire du testament de Johnny, je constate que la Laura et le David l'ont dans le tutu, bien à fond et sans vaseline. Ils n'ont pas l'air d'en jouir : tous les goûts sont dans la nature.

Quant à moi, j'en rigole comme un bossu : tout le monde n'a pas le même sens du comique.

En attendant l'hypothétique conclusion de ce misérable feuilleton, gardons en mémoire le proverbe charentais : c'est à la fin de la foire qu'on ramasse les bouses.

Je parie sur Laeticia. Vive elle ! S'il s'avère qu'elle a savamment niqué la gueule à ces deux pleurnichards, même pas cap de reconnaître sportivement leur défaite, je l'en admire et  l'aime davantage ! J'en aurais fait autant ! Rien qu'à voir la tronche qu'ils font et que font leurs supporters (ah ! le Mitchell, ah le Dutronc, ah le Debout, ah la BB !), elle doit drôlement se marrer. De toute façon, à elle le magot, raison suffisante pour soutenir sa cause. Vae victis !

                                                                              *

Entendu ce matin, sur BFMTV, que la guerre fratricide des clans Halliday "alimente les médias" de leurs infos et points de vue contradictoires. Certes, mais quel empressement des médias à se ruer à la soupe ! Même mon chat ne se jette pas avec autant d'avidité sur son bol de croquette. Quant à " l'opinion publique ", avec quel bonheur elle lape n'importe quel brouet ! Plus c'est con, plus ça lui plaît.

Méprisons les "people". Méprisons les médias empressées à servir au populo la merde qu'on l'a dressé à prendre pour de la nourriture. Méprisons l'immonde "opinion publique".

                                                                           
                                                                             *

BFMTV m'a tout l'air du média grand public dont le fond de commerce fait ses choux gras de  l'actualité la plus insignifiante et la plus vulgaire. mais ce n'est pas le seul. Même des hebdos ayant pignon sur rue, comme l'Express ou l'Observateur ont consacré des pages à la success story de la succession de Johnny. Il faut croire que, s'il en est ainsi, c'est qu'au moins (au moins !) 80% des Français sont à peu près incapables de s'intéresser à autre chose qu'à ce genre de feuilleton débile, qu'il s'agisse des déboires financiers du premier people venu, du dernier tueur en série en voie d'identification ou de l'encore inédit scandale de cul. Le citoyen lambda semble pris dans une spirale de trumpisation galopante. Déchéance collective.



Aucun commentaire: